Quand l’ébahissement cesse d’être naturel, il prend la forme de l’abscons et du saugrenu.

    0
    3

    Quand l’ébahissement cesse d’être naturel, il prend la forme de l’abscons et du saugrenu.

    Alain Bosquet