Je mets Dieu au pluriel, pour m’assurer de sa fragmentation. Je le mets aussi en mots. Il est ce qui en moi ne saurait se contenter du peu que je suis.

Je mets Dieu au pluriel, pour m’assurer de sa fragmentation. Je le mets aussi en mots. Il est ce qui en moi ne saurait se contenter du peu que je suis.

Alain Bosquet