Avec la télévision, il n’y a plus qu’un flux permanent, un ruissellement ininterrompu, tout coule et rien ne reste. L’oeil ne contemple plus, il avale.

Avec la télévision, il n’y a plus qu’un flux permanent, un ruissellement ininterrompu, tout coule et rien ne reste. L’oeil ne contemple plus, il avale.

Alain Finkielkraut